Par Elsa Collobert
Temps de lecture :

A chacun son parcours #4 | Floriane : « Conjuguer ma vocation de kinésithérapeute en réanimation et mes valeurs »

Kinésithérapeute au sein du service de réanimation chirurgicale des Hôpitaux universitaires de Strasbourg depuis 2019, Floriane a rapidement souhaité enrichir sa pratique professionnelle. Elle s’est lancée dès l'année suivante dans une licence de sociologie, obtenue en un an à l‘Université de Strasbourg, puis un master Études de genre à l’Université d’Angers (à distance), qui l’a menée jusqu’à un stage à la mission Égalité-Parité-Diversité de l’Unistra (en mai dernier). Ses objectifs : s’outiller pour mieux appréhender les problématiques de discrimination et améliorer la prise en charge des personnes LGBTQI+ et transgenres à l’hôpital.

Qui es-tu ?

Je suis kinésithérapeute diplômée d'Etat depuis 2019

Par quoi ont été guidés tes choix d’études ? Qu’est-ce qui te plaît dans ce métier ?

« Ce n’est pas une réorientation, mais c’est dans le but de rajouter cette dimension à ma pratique »

Tu as rapidement su que tu voulais être kinésithérapeute. Est-ce que pour autant ça a été facile de réussir dans le domaine de la santé ?

« Si j’aime autant mon métier, c’est aussi parce que je suis consciente des difficultés et des sacrifices que j’ai dû faire pour y arriver »

Quelle plus-value t’apportent dans ton métier ces formations complémentaires en sociologie et en genre ?

« Comment mieux prendre en compte la question des discriminations envers les personnes LGBTQIA+ et transgenres dans un milieu très aseptisé comme la réanimation ? »

Comment envisages-tu la suite ?

J’aimerais faire un doctorat pour ensuite enseigner

Un conseil à un (futur) étudiant.e ?

Faites-vous confiance !

Témoignez !

Vous débutez, terminez vos études, ou êtes en plein dedans ? Vous souhaitez témoigner de votre parcours, atypique ou plus classique ?

Contactez-nous à l’adresse medias@unistra.fr !

Catégories

Catégories associées à l'article :

Changer d'article