Par Simon Tenaud
Temps de lecture :

En images : des chercheurs en exil posent pour les libertés scientifiques

À travers des mots et des images, l'exposition photo « Poser pour la liberté : portraits de scientifiques en exil », visible du 21 novembre au 2 décembre dans l'aula du Palais U, présente le parcours de scientifiques contraints à l’exil, à travers des compositions photographiques mêlant portraits, pays d’origine, pays accueillants et objets personnels. Elle est le fruit du travail de Pierre-Jérôme Adjedj (photographe) et du Programme national d’accueil en urgence des scientifiques en exil (PAUSE), auquel s’ajoute le récit de Pascale Laborier (professeure de science politique à l’Université Paris Nanterre et commissaire de l’exposition).

L'exposition est visible du lundi 21 novembre au vendredi 2 décembre
Entrée libre du lundi au vendredi de 7h30 à 20h et le samedi de 7h45 à 12h
Aula du Palais universitaire, 9 place de l’Université

Temps fort du Jardin des sciences : Libertés scientifiques et exil

L'exposition « Poser pour la liberté : portraits de scientifiques en exil » s'inscrit dans une programmation spéciale autour de l’exil scientifique organisée par le Jardin des sciences. Cet événement a lieu du lundi 21 novembre au vendredi 2 décembre, en marge de la commémoration du 25 novembre des rafles des étudiants et enseignants de 1943 de l'Université de Strasbourg, alors repliée à Clermont-Ferrand. L'ensemble de ce programme s'inscrit dans le cadre des "Caravanes des libertés scientifiques", initiative portée par le collectif #FreeFariba et l'Université de Strasbourg pour œuvrer à la libération de la sociologue et anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, emprisonnée en Iran depuis juin 2019.

Mots-clés

Mots-clés associés à l'article :

Changer d'article